Japon - Jour 8 - Temples, momijis et balade dans le quartier de Gion


La journée commence de bon matin, avec un petit tour non loin de notre maison, au Tô-ji. Ce temple est célèbre pour sa pagode, une des plus haute du Japon. Une fois les douves passées sous l’œil d'un héron cendré, nous pénétrons dans la cour intérieure, où l'on peut admirer de superbes ginkgos, dont les feuilles dorées à cette époque de l'année, tombent doucement au pied d'une statue de pèlerin. Les ginkgos sont des arbres magnifiques, qui valent autant le détour que les célèbres érables Japonais. Leurs feuilles ont une forme très particulière et ils deviennent doré en automne, c'est aussi une des espèces d'arbre les plus vieille au monde.
Nous n'entrerons pas dans le parc où se trouve la pagode, car l'entrée est payante et un peu cher, de plus nous pouvons l'admirer de l'extérieur.

Tô-jiTô-ji
Tô-ji
Tô-ji

Enfin nous voilà de retour dans le train. Nous allons consacrer la journée à la visite de temples que j'ai repérés sur Google Maps puis l'après-midi dans le quartier de Gion. 
Trouver des repères sur Maps fut une très bonne idée car nous avons ainsi visité des endroits peu ou non listés sur les sites et magazine, et donc moins fréquentés par les touristes.
Nous commençons par le Tofuku-ji. Même si nous ne sommes pas encore en pleine saison pour les momijis, je sais que ce temple est réputé pour ses couleurs d'automne et son magnifique jardin, et je l'avais donc noté dans l'espoir d'apercevoir quelques feuilles rougissantes.
Et ce fut une merveilleuse idée! En effet, après avoir payé quelques sous pour accéder au jardin, nous découvrons un endroit magnifique. Le sol est couvert de mousse sur laquelle se dépose quelques feuilles colorées. Des érables par centaine, nous donnent l'impression d'être entrés dans une forêt. A l'entrée, les feuilles sont assez vertes, mais plus nous avançons, plus les bords rougissent, et nous découvrons, dans le creux du jardin, au bord d'une rivière de magnifiques momijis rougeoyants.
Nous prenons plaisir à déambuler entre les arbres, tout est calme et le soleil du matin tombe sur les branches hautes au-dessus de nos têtes.
Nous arrivons enfin devant une passerelle de bois que nous suivons. Au bout se trouve  un pavillon de bois ouvert sur une cour intérieur. Dans cette cour se trouve un autre magnifique jardin. D’un côté, un jardin "humide", composé de petites marres, de jarres remplies d'eau, de nénuphars et de mousses verdoyantes. De l'autre un jardin sec, aux graviers ratissés. Nous nous installons dans un coin pour contempler quelques minutes ce fabuleux spectacle. Nous pourrions rester ici des heures, tellement ce lieu est agréable et reposant. 
Nous reprenons néanmoins notre route, et nous nous aventurons sur une seconde passerelle de bois, dominant le jardin d'érables. D'ici nous pouvons profiter d'un champ de feuilles se déployant en couleur sous nos pieds. C'est un spectacle incroyable, et je n'ose pas imaginer la beauté de cet endroit lorsque toutes les feuilles sont complètement rouges.
Après un petit détour entre les bâtiments du temple pour admirer la la majestueuse porte Sanmon et ses 22m de haut, nous sortons pour repartir en direction d'un nouveau temple.

Tofuku-ji
Tofuku-ji
Tofuku-ji
Tofuku-ji
Tofuku-ji
Tofuku-ji
Tofuku-jiTofuku-ji
Tofuku-jiTofuku-ji
Tofuku-ji
Tofuku-ji

Nous avons un peu de marche, mais nous ne voulons pas prendre les transports, et ainsi nous profitons d'une jolie balade dans des quartiers populaires et quasiment campagnards jusque dans un grand "parc" naturel. Nous empruntons une petite route en pleine forêt, pour finalement atterrir au Imakumano Kannon-ji. Ce temple bouddhiste est lui aussi réputé pour ses couleurs d'automnes, mais ce qui me marquera le plus ici, c'est la tranquillité du lieu. Il n'y a que quelques Japonais venus rendre visite à leurs défunts, des moines et nous. Nous nous sentons un peu intrus, et nous ne visiterons que les parties extérieures ainsi qu'une jolie petite colline au chemin bordé de bambous menant à une petite pagode rouge. D'ici, on  aperçoit Kyoto au loin et en dessous le temple se déploie bordé par les cimes des arbres dont celle d'un magnifique ginkgo aux feuilles dorées. 
Après ce petit tour, nous décidons de nous remettre en route en direction d'un temple bien plus populaire, le Kiyomizu-dera. Mais avant nous avons un peu de marche. 

Imakumano Kannon-jiImakumano Kannon-jiImakumano Kannon-ji
Imakumano Kannon-jiImakumano Kannon-ji
Imakumano Kannon-jiImakumano Kannon-ji

Il est presque midi et le soleil tape fort, même à cette période de l'année, il fait très chaud et nous marchons longtemps avant d'arriver à proximité du temple. Nous sommes affamés et nous rentrons dans le premier restaurant que nous trouvons. C'est un kaiten sushi, pour le plus grand plaisir d'Arnaud. Il est un peu cher, mais nous avons vraiment très faim, et les assiettes disparaissent à une vitesse folle!
Le ventre plein, nous sommes prêts à attaquer la visite suivante.
Évidemment, nous retrouvons les hordes de touristes habituels, mais tout reste plutôt fluide et nous n'avons même pas besoin de faire la queue pour recevoir nos tickets d’entrée. Ce gigantesque complexe est surtout connu pour son majestueux temple principal, Kiyomizu-dera Hondo, dont la plateforme flotte à treize mètres au-dessus du sol. La vue depuis cette terrasse est magnifique, ouvrant sur la vallée et sur la cime des arbres. De l'autre côté on aperçoit une petite pagode rouge que nous rejoindrons avant de redescendre aux pieds de la grande terrasse où se trouve une "fontaine" à trois jets. On l'appelle la cascade Otowa. On dit que son eau est sacrée, chaque ruissellement a une vertu associée. L’un apporte la réussite scolaire, l’autre la longévité et le dernier, le succès en amour. (Source: Vivre le Japon)
 Nous ne nous y arrêterons tout  de même pas car la file est longue avant de pouvoir atteindre le moindre filet d'eau. Nous ressortons devant le temple, là où se déroulent de longues allées commerçantes. Je ne peux pas résister et me voilà avec une petite glace au thé matcha, un vrai délice!
 
Kiyomizu-deraKiyomizu-deraKiyomizu-deraKiyomizu-dera
Kiyomizu-deraKiyomizu-dera
Kiyomizu-dera
Kiyomizu-dera
Kiyomizu-dera
Kiyomizu-dera

 Nous repartons sur la route, direction le sanctuaire de Gion, Yasaka-Jinja. Mais avant, nous faisons une pause dans une petite rue, car Jer à besoin de fumer! Il s'eclipse donc dans une ruelle tandis que nous l'attendons au bout. A ce moment-là, nous avons une chance incroyable car nous voyons arriver dans un jinrikisha, une Geisha. Pas une fausse, une vraie! Une vraie Geisha! Nous la regardons passer, ébahis. Voilà ce que Jer aura rater à tant vouloir fumer!! 
Après encore un peu de marche, nous voilà arrivés au sanctuaire de Gion. Celui-ci est réputé pour ses lanternes, mais il ne fait pas encore nuit, et nous décidons de revenir voir lorsqu'il fera noir. 
Devant se trouve quelques stands de nourriture et nous nous arrêtons prendre quelques takoyakis! Aaaah ces petites boules sont un vrai bonheur! Je pourrais en manger sans discontinuer.

C'est justement vers un paradis de la nourriture que nous nous dirigeons. Nous arrivons devant la grande rue couverte du Nishiki Market. Ici, un tas d'étales vendent des produits aussi divers que variés, mais pour la quasi-totalité orientés autour de la nourriture.  Après avoir gouté un sembe au poivre qui m'aura anesthésié le palais, nous nous faisons alpaguer par un vendeur de sake. Il a tapé dans le mille avec nous  et nous nous faisons un plaisir de gouter ses produits. C'est assez drole car nous avons bien discuté, à cause de notre look, de nombreux Japonais nous ont pris pour un groupe de rock ou des motards. Ce monsieur était tout fier d'expliquer aux petites mamies à coté de nous que nous étions Français et que nous faisons de la musique! C'était très mignon! :)
En tout cas, son saké était très bon, et nous repartirons avec quelques bouteilles. J’ai choisi pour moi un saké très féminin sucré et très parfumé, dans une bouteille rose!
Après l'avoir remercié, nous continuons dans la rue, et nous nous arrêtons à quelque stand pour goûter quelques petites choses qui nous intriguent où nous font envie. 
Arnaud essaye un petit poulpe grillé entier en brochette, vu sa difficulté à le manger (A cause des tentacules) je préfère tester un simple petit concombre mariné. C'est délicieux et bien frais!  

Gion
Kamo RiverNishiki MarketNishiki MarketNishiki Market
Gion
Gion

La nuit commence à tomber, et nous nous mettons à la recherche du quartier "traditionnel" de Gion, là où sont censés travailler les Geishas. Bien évidemment nous nous perdons, mais nous rencontrons alors un Anglais résidant depuis plusieurs années au Japon, qui a la gentillesse de nous guider. Malgré ses explications nous ne trouverons pas ce que nous cherchions, néanmoins nous découvrons quelques jolies ruelles atypiques que nous choisissons d'emprunter pour partir à la recherche d'un bar. 
Les boutiques en bois s’alignent dans de petites rues pavées, l'endroit à beaucoup de charmes mais nous n'arrivons pas à trouver un seul bar ou restaurant déjà ouvert. Il est trop tôt et si en France on trouve des débits de boissons ouverts dès 16h, ce n'est pas le cas ici. C'est finalement tout au bout de la rue que nous trouverons un endroit pour boire une petite bière, qui fut d'ailleurs très sympathique.
Enfin, nous sortons et déambulons le longs de la Kamo River (Kamo = Canard), d'un côté l'eau et quelques gens assis le long à papoter, de l'autre les façades aux fenêtres allumées des nombreux restaurants. A travers l'une d'elles, nous apercevons deux Maikos attablés avec leurs clients.
La soirée est magnifique et nous flânons avec plaisir jusqu'au sanctuaire de Gion, où nous trouvons enfin les lanternes illuminées. 
Après un petit temps de contemplation, nous nous mettons à la recherche d'un bus pour retourner à proximité de notre petite maison. Ce ne fut pas chose facile, surtout que même après avoir trouvé la bonne ligne, nous patientons longtemps car le premier bus était blindé. Impossible de rentrer. 
Nous nous ébahirons devant les pratiques du chauffeur, qui remercie chaque personne descendant du bus. Même s'il y en a 100, il répètera jusqu'au dernier "Arigatô gozaimasu".
Une fois arrivés, nous retournerons au konbini pour acheter de quoi manger et passer la soirée tranquille autour du kotatsu! 
Demain, une autre belle journée nous attend! Direction Nara!

Yasaka JinjaYasaka Jinja

N'oubliez pas que vous pouvez retrouver chaque journée du voyage en vidéo sur Youtube!
VIDEO - JOUR 7 & 8

SUITE:

Tags:

Share:

0 commentaires

Jeter une bouteille à la mer...