Au Japon - Jour 7 - Départ pour Kyoto!

Un dernier petit tour d’appartement et nous voilà reparti vers la gare, trainant nos valises déjà bien plus lourdes qu'à l'arrivée. 
Après un petit arrêt au guichet pour récupérer nos Japan Rail Pass, nous sommes sur les quais, frais et dispo, en attendant notre train.
Et le voilà qui arrive, le magnifique Shinkansen, filant au ralenti, comme une flèche blanche venant se figer devant nous. Nous nous installons confortablement dans les wagons aux sièges non réservés et évaluons le confort de l'installation. Les sièges sont larges et confortables, la place pour les pieds est immense. Tout est propre, blanc et sans mauvaises odeurs. C'est tellement agréable, pas étonnant que je m'endorme quelques minutes après le départ! 
Mais je me réveille quelques temps après pour découvrir par la fenêtre, le magnifique Mont Fuji! Le temps est dégagé et nous aurons la chance de pouvoir l'observer durant de longues minutes. Je m'extasie de le voir de s'y près! Il est immense et si imposant dans sa solitude! 
Mais je suis soudain arrachée à ma contemplation par un bruit de roulette. Dans les Shinkansen, une hôtesse passe durant le voyage entre les rangées de sièges avec son chariot pour proposer quelques petites choses à boire et grignoter, l'occasion de tester les ekibens!
Les ekibens sont des bento (La lunch box Japonaise) que l'on ne sert que dans les gare et dans les trains (eki = gare, ben = bento/lunch box), et je rêvais de pouvoir en manger lors de notre voyage , l'occasion se présente enfin! Pour environ 25€, nous nous retrouvons avec 2 jolies boites colorées que nous nous empressons d'ouvrir. La mienne est composée de riz et de langue de bœuf. Moi qui n'aime habituellement pas cette viande, je suis très surprise car elle est délicieuse. Coupée en tranche très fine et marinée dans une sauce de style soja, c'est à tomber par terre! 
L'autre boite est composée de divers petit plats: Riz, légumes marinés, légumes cuits, omelette, champignons, poisson... c'est superbe à voir et délicieux à manger!
Le paysage défile, le mont Fuji est passé, nous apercevons un bref moment la mer au loin. Le temps se couvre et je découvre la campagne Japonaise par bribe à travers les vitres. Forêts de bambous, rizières, vergers verdoyants ponctués de l'orange des kakis en train de murir... J'espère pouvoir découvrir cette facette du Japon lors de nos prochains voyages!
Mais pour l'heure, nous arrivons à Kyoto.

Shinkansen
Fuji depuis le Shinkansen
Ekiben
Ekiben
Ekiben

La gare est immense. Même plus immense qu'immense! Et malgré son gigantisme, nous tournerons durant plus d'une heure à chercher désespérément des coins lockers libres pour déposer nos valises, sans succès... Mais il nous reste du temps avant de pouvoir aller déposer nos bagages dans notre nouveau pied à terre, nous décidons donc de trainer tout notre fatra jusque dans un Mos Burger (Chaine de fast food Japonaise) où nous resterons le temps de manger. Puis la galère commence, car les valises sont terriblement lourdes et le chemin plus long que nous le pensions. Tout cela sans compter que la plupart des passages piétons étaient en fait des passerelles surplombant les routes et donc, avec des marches à grimper ! 
Essoufflés, nous arrivons devant notre nouveau chez-nous. Après quelques minutes à chercher la clé, nous entrons pour découvrir une charmante petite maison traditionnelle. 
Tout est en bois, les portes en papier et il fait décidément très froid à l'intérieur! Mais Palou trouve rapidement comment lancer la clim (réversible) et la chaleur s'installe enfin dans la maison. Je part alors à la découverte des lieux. 
Au rez de chaussé se trouvent la cuisine et 2 salons puis en sortant sur l'extérieur, un petit jardin , les WC et la salle de bain. Oui oui, les WC et salle de bain sont dehors... galère avec les cheveux mouillés! A l'étage, 2 petites chambres en tatami dont l'une donnant sur le jardin. Nous hissons les grosses valises dans le petit escalier de bois hyper glissant pour les installer dans les placards des chambres puis prenons le temps de déballer quelques affaires.
L'après midi est déjà bien entamé et nous décidons de profiter de la soirée pour aller explorer Fushimi Inari. Direction la gare!

Notre maison traditionnelle Japonaise

Notre petit train nous amène à destination tranquillement. Nul besoin de chercher le chemin, dès la sortie de la station un grand torii rouge nous accueille et nous guide en direction du temple. Fushimi Inari est célèbre pour ses nombreux torii vermillons qui serpentent en chemins jusqu’au sommet d'une petite montagne. Mais avant de monter, nous entrons dans la partie basse où une cérémonie est en train de se dérouler. Je ne connais pas bien la religion Shintô, mais je devine que celle-ci est destinée à Inari puisqu'une branche est utilisée durant le rituel. Mais nous ne nous attardons pas trop longtemps pour ne pas déranger, et nous commençons l’ascension au son des flutes montant dans l'air. Un premier pas sous un premier torii, et le chemin se trace devant nous.
Le soleil se couche et plus nous montons, plus la nuit descend et moins il y a de monde.  Les touristes s'éclipsent pour laisser place aux ombres dansantes des araignées tissant leurs toiles devant les lampadaires.


Fuhimi Inari
Fuhimi Inari - kitsune
Fuhimi InariFushimi Inari
Fuhimi Inari
Fushimi Inari


Nous arrivons à un petit point de vue avant que le soleil ne disparaisse complètement et nous pouvons profiter d'une magnifique vue sur Kyoto s'illuminant pour la nuit. Derrière la ville, les montagnes se dessinent. Noires pour les plus proches, puis grises et estompées pour celles les suivant. Le ciel orange et violet, s'obscurci en montant pour laisser fleurir les premières étoiles.
Puis même les lumières se font rares et le chemin se dessine furtivement dans l'obscurité, et nous avançons, guidés par les masses sombres des torii autour de nous.
Nous croisons alors un couple de Japonais d'une cinquantaine d'année, qui nous indique gentiment le chemin et la distance nous restant à parcourir pour arriver au sommet. 
Puis nous y sommes. Le sommet est recouvert de lanternes de pierre et de torii miniatures, empilés par centaines. Étrangement, il n'y a pas de vue depuis le point culminant, mais une pancarte nous indique tout de même que nous y sommes bien parvenu.
Puis il est temps de redescendre. Nous trébuchons dans le noir et nous aventurons sur quelques sentiers avant de parvenir devant la station. Un Gachapon plus tard, nous voilà de retour dans le train. Les banquettes chauffantes me font somnoler. Lorsque j'ouvre les yeux nous sommes de retour à la grande gare de Kyoto. Sur le chemin de la maison, nous nous arrêtons a Yoshinoya, une chaine proposant des plats Japonais à prix compétitif. Après avoir déguster un bon repas chaud et après avoir repris quelques victuailles au Lawson pour tenir la soirée, nous voilà installés les jambes sous le kotatsu (tables chauffante) dans notre petit salon. La soirée se finira ainsi sur les tatamis, autour d'une Kirin et devant un épisode de Gintama qui marquera les esprits! :)


Fuhimi InariFuhimi InariFuhimi Inari
Fuhimi InariFuhimi InariFuhimi InariFuhimi Inari
Fuhimi Inari
Fuhimi InariFuhimi Inari
Fuhimi Inari
Fuhimi Inari
Fuhimi Inari
Fuhimi Inari

N'oubliez pas que vous pouvez retrouver chaque journée du voyage en vidéo sur Youtube!
VIDEO - JOUR 7 & 8

SUITE:

Tags:

Share:

0 commentaires

Jeter une bouteille à la mer...