... Au Japon - Jour 2, Tokyo Tower, Roppongi Hills, Shibuya et Godz Bar Metal!

Nous nous réveillons de bonne heure, au croassement des corbeaux perchés sur le rebord de la terrasse. La matinée est terne et humide, mais nous sommes au Japon, et même le temps ne pourra pas venir à bout de notre motivation!
Nous déjeunons sur le pouce en grignotant quelques onigiris achetés la veille et un tour de clés plus tard, nous sommes en route pour Yoyogi Station car nous allons prendre le train pour nous rendre jusqu'à la Tokyo Tower.  

Nous arrivons rapidement, et nul besoin de demander la direction puisque la tour est pile en face de la sortie de la gare. Quelques minutes plus tard, nous sommes à son pied et nous rentrons dans le petit complexe qui se trouve dessous. Il y a certainement plein de choses à faire ici, mais absolument tout est payant, et nous nous refusons à mettre la main au porte monnaie car les petits sous d'aujourd'hui sont réservés pour une autre tour. Je dépense tout de même quelques Yens pour m'acheter un carnet Gudetama qui me servira à collectionner tous les tampons que je vois. Au Japon, il y a des tampons partout et pour tout! Vous pouvez en trouver dans les gares, dans les monument touristiques, dans certains parcs, dans les temples, etc... J'aime beaucoup ce concept qui permet de collectionner de jolis souvenirs gratuitement. 
Après un petit coup d’œil aux boutiques, nous décidons de ne pas nous attarder plus longtemps car l'endroit n'a que peut d'intérêt pour nous. Nous allons donc sans plus attendre rejoindre Roppongi. Là-bas se trouve la Mori Tower, que l'on ne peut pas manquer. Nous la voyons d'où nous sommes...avec cet énorme point de repère, impossible de se perdre! Nous allons à pied à travers le quartier, et finissons sans grandes peines par arriver devant Grosse Maman. 
Grosse Maman, c'est une sculpture étrange, en forme d'araignée, qui est exposé au pied de la Mori Tower. Après un petit coucou à cette étrange créature, nous nous dirigeons vers l'entrée de l'observatoire. Voilà où nous avons décidés de claquer quelques sous. 

Tokyo Tower
Tokyo Roppongi - Maman
Tokyo Roppongi - Mori Tower

1500 Yens plus tard, nous voilà chacun doté d'un ticket, et les employés nous guident à l'ascenseur. Celui-ci nous emmène au 51ème étage, le tout en quelques secondes... et la récompense s'offre à nous!Malgré le mauvais temps qui atténue la portée de la vue, nous pouvons tout de même observer Tokyo qui se livre sous nos pieds.  D'immenses immeubles, des tours montantes comme des flèches blanches, des tâches sombres ici et là, créées par les parcs et les cimetières... Tout en bas, voitures et et piétons s'activent, aussi petits que des fourmis. Plus loin, un train et tout au fond, la mer, qui se perd dans une brume grise... 
Les laveurs de vitre nous arrachent à notre contemplation, et nous décidons, après nous être ébahi de leur courage à faire du ménage aussi haut, de poursuivre la visite.
Nous entrons alors dans un autre univers... celui des kaijus! En effet, nous avons la chance de tomber sur une exposition traitant des monstres du cinéma Japonais (Tel que le célèbre Godzilla), et en particulier dédié à Gamera (qui ressemble à une grosse tortue). Forcément, cela reste bien dans le thème, puisque les kaijus sont de célèbres destructeurs de tours. La Tokyo Tower s'est écroulé des millions de fois sous la colère de ces terribles créatures! La visite est très intéressante et amusante. Nous explorons des maquettes immenses et posons devant quelques monstres plus grands que nous, avant de ressortir sur un autre point de l'observatoire.


Tokyo Tower - View from Mori Tower
View from Mori Tower

Nous revoilà devant les toits de Tokyo. Le soleil commence à percer, et enfin quelques rayons illuminent le ciel. Les nuages se déchirent en lambeaux et soudain... le voilà... 
Il se déploie, majestueux, en fond de décor. Il habille le ciel de toute sa grandeur, écrasant devant lui les immeubles qui nous semblaient si hauts. Couronné de blanc, la tête au dessus des nuages... le Mont Fuji. 
Collée à la vitre, je le regarde, émue. Comme toutes les montagnes, il est  impressionnant  et imposant, et d'une beauté sans égale avec sa cime enneigée... mais Fujisan à quelque chose de particulier. Il se détache, solitaire sur le ciel, son imposante masse dominant tout aux alentours. Il veille, il sommeil, on sent sa présence. 
Un jour, j’espère pouvoir monter à son sommet.
La vue est splendide et nous ne pouvons pas repartir "juste comme ça". Nous nous installons donc un peu plus loin, au bar-restaurant de l'observatoire. Il y a peu de monde et nous pouvons profiter d'une place de choix. Assis devant les vitres, en dégustant une bière (pas plus chère qu’ailleurs), Tokyo sous nos pieds, le Mont Fuji devant les yeux. 

Mont Fuji
Mont Fuji

Bar Roppongi TowerBar Roppongi Tower
View from Mori Tower

 Mais la contemplation ça creuse.
Après un long débat, nous choisissons d'attendre pour manger, et de nous rendre directement à Shibuya, que nous devons visiter pour la fin de la journée, afin de tester un restaurant que j'ai noté sur ma liste: Le Genki Sushi.
Un train plus tard,  nous voilà à destination, devant notre cher Hachiko.
Hachi quoi? Hachiko! C'est la statue la plus célèbre du quartier. En effet, son histoire et sa situation l'ont aidé à se faire connaitre. Située juste devant la gare, c'est un point de repère idéal pour se donner rendez-vous, et par le fait, une foule constante l'entoure. Et puis pour les amis des bêtes, c'est un pèlerinage obligatoire!
Voilà l'histoire: Hachiko était un chien de la race Akita, un chien typiquement Japonais donc. Chaque jour, il accompagnait son maitre jusqu'à la gare et attendait le soir son retour afin de le raccompagner. Mais un jour son maitre n'est pas revenu... en effet, celui-ci était décédé sur son lieu de travail. Hachiko à néanmoins continué d'attendre, chaque jours devant la gare que son maitre revienne, et cela pendant plus de 10ans. Après sa mort, une statue à été érigée à sa mémoire. Récemment, une nouvelle sculpture à vue le jour, représentant Hachiko et son maitre retrouvé. Cette dernière à été installée sur le campus de l'Université de Tokyo. 

Hachiko

 Après ce premier bain de foule, nous voilà à présent devant le plus célèbre passage piéton du monde: Shibuya Crossing. Deux vagues humaines qui se font face, et lorsque le feu passe au vert.... top départ... les voilà qui foncent et se rencontrent! On slalome entre les gens, des talons, des chapeaux, des jupes qui volent... il y a beaucoup de filles ici. Pas étonnant puisque le Shibuya 109, immense temple de la consommation, uniquement dédié aux vêtements pour femmes, se trouve juste à côté.
Nous pénétrons dans les rues armés de notre GPS pour trouver notre caverne d'Alibaba. Peu de temps après, nous obtenons notre sésame et les portes du Genki Sushis s'ouvrent devant nous.
Une serveuse nous installe à notre table et nous faisons connaissance avec les méthodes un peu particulières de la maison. Le Genki Sushi est un type de kaitenzushi (Restaurant où les sushis sont servit sur tapis roulant), mais celui-ci fonctionne un peu différemment des autres. Sur la table se trouve une tablette tactile sur laquelle vous choisissez vos sushis. Une fois votre commande validée, vos sushis sont livrés directement à votre table via un tapis roulant. C'est simple, pas cher, efficace, super fun et vraiment bon!
On se fait péter le bide.
Nous serions restés des heures si le temps n'était pas limité à 45 minutes par table...  Un peu court d'ailleurs lorsqu'on est 5, car les minutes défilent vite le temps que chacun fasse un choix dans la multitude de délices proposés à la carte! 

Genki SushiGenki Sushi
Genki Sushi Genki Sushi

Nous continuons notre digestion en faisant un petit tour dans le quartier, avec un arrêt au Tower Records, immense magasin de musique, 5 étages de CD et de goodies divers et variés. Mais de toute évidence, nous autres amateurs de Metal ne trouverons pas notre bonheur ici, car les prix sont exorbitants! Voilà bien une chose que nous ne pourrons pas envier au Japon!
Au détour d'une ruelle j'aperçois une porte d'où filtre une lumière blanche éclatante, bordé de rose. En m'approchant, je découvre une grande salle regroupant de nombreuses cabines. Ce sont des purikuras, des cabines photos typiquement Japonaises. Je veux absolument tester la chose, et par chance, cette salle accepte les hommes, (C'est une activité réservée à la base exclusivement aux filles, les garçons peuvent parfois entrer mais doivent être accompagnés obligatoirement par au moins une fille) mais malgré mes meilleurs arguments, seul Palou voudra bien m'accompagner, nous voilà donc partit en amoureux. On peut dire que nous ne passons pas inaperçu, moi accompagné d'un grand barbu aux cheveux longs et habillé de noir dans cette univers remplie de jeunes filles à l'ambiance rose bonbon... nous trouvons vite refuge dans une des cabines. Derrière le rideau, nous sommes à l'abri des regards. J'insert 400 yens dans la machine et alors notre séance photo commence. Après avoir choisit le style de nos clichés (naturel ou maquillé. Nous choisissons maquillé bien sur, c'est plus drôle! ), nous voilà devant l'objectif, avec des poses toutes plus stupides les unes que les autres... tout va très vite, il n'y a que quelques secondes pour chaque photo! Une fois le shooting terminé, nous passons dans une seconde cabine juste à coté, où nous allons éditer et personnaliser nos photos. Enfin, une fois nos visages couverts de petits cœurs, de bisous et de "love", la machine passe à l'impression. Nous voilà chacun avec une petite planche façon photo d’identité à conservé en souvenir de ce merveilleux moment! :D

Purikura
Shibuya
Shibuya 109
Après un magnifique et délicieux café latte, paré d'un superbe dessin de lait en forme de petit ourson, nous décidons de quitter Shibuya pour retourner à Kabukicho. En effet, ce quartier regroupe de nombreux bars, dont un qui nous intéresse particulièrement: le Godz. C'est un bar spécialisé dans la musique Metal et assez réputé sur Tokyo, autant dire un passage obligé pour notre petit groupe. Comme bien souvent dans la capitale Nippone, il faut chercher en l'air ou bien carrément sous terre, car encore une fois, il nous faut descendre dans les "caves" pour trouver l'endroit. En bas de l'escalier, deux salles s'offrent à nous: A gauche la pièce principal, et à droite le Godz Satellite un peu plus petit.
Nous sommes bien heureux d'avoir trouvé ce bar qui deviendra le QG de nos soirées nippone pour toute la semaine. La bière Japonaise coule à flot jusqu'à ce qu'enfin nous prenions le chemin de notre appartement. La nuit est douce alors que nous rentrons sous les lumières des premières décorations de Noël et après cette petite marche, bien au chaud sur les tatamis, les futons nous accueillent pour une bonne nuit de sommeil.


Kabukicho
KabukichoUn temple au détour d'une rueUn temple au détour d'une rue
Kabukicho
KabukichoGodz Bar Metal - Tokyo

N'oubliez pas que vous pouvez retrouver chaque journée du voyage en vidéo sur Youtube!
VIDEO - JOUR 2

SUITE:

Tags:

Share:

0 commentaires

Jeter une bouteille à la mer...